islamnoujoum3000 Forum Index

islamnoujoum3000
Un forum politique et d'actualités

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Un français sodomise 13 enfants algériens en Kabylie

 
Post new topic   Reply to topic    islamnoujoum3000 Forum Index -> islamnoujoum3000 -> islamnoujoum3000
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Zoyss
Guest

Offline




PostPosted: Mon 20 Oct - 18:31 (2008)    Post subject: Un français sodomise 13 enfants algériens en Kabylie Reply with quote

Effroi à Boumerdès un juif français soutenant l'OAS installé dans un hotêl a été interpellé il a abusé de 13 jeunes garçons kabyles et leur a inoculé le virus du Sida.

Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 20 Oct - 18:31 (2008)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Kafir
Guest

Offline




PostPosted: Sun 26 Oct - 04:55 (2008)    Post subject: Un français sodomise 13 enfants algériens en Kabylie Reply with quote

C'est beau la propagande islamiste : tout y est : Juif + OAS + pédophile + sida

Back to top
el arabi
Guest

Offline




PostPosted: Mon 27 Oct - 13:17 (2008)    Post subject: Un français sodomise 13 enfants algériens en Kabylie Reply with quote

eT TOI PETIT Juif alsacienquisefait passer pour un kabyle issue duen kabyla arabophobe tu fais aucune propagande elles sont belles vos femmes en kabylie vous lesprêtez contre une bière.

Back to top
LOcif
Guest

Offline




PostPosted: Mon 27 Oct - 13:22 (2008)    Post subject: Un français sodomise 13 enfants algériens en Kabylie Reply with quote

La situation matérielle et morale des ouvriers algériens s’est constamment dégradée ces vingt dernières années : "près de 40% des 30 millions d’algériens vivent aujourd’hui au dessous du seuil de pauvreté" (Le Monde du 13 mars 2001) et "un actif sur trois est au chômage, le revenu par habitant s’est effondré de 3600 dollars à 1600 dollars en dix ans" (Le Nouvel Observateur du 10 au 16 mai 2001) tandis qu "en matière de santé [] on observe un retour en arrière de trente ans dans l’accès aux soins. Le taux de mortalité infantile grimpe en flèche. Et nous avons un million d’enfants mal nourris" (Djillali Hadjadj, auteur de Corruption et démocratie en Algérie, interrogé dans Marianne n° 211). Cela n’empêche pas la classe dominante d’augmenter de 25% le 15 février dernier le lait, aliment de base pour les enfants.

Sans aucun espoir de travail ou de vie sociale acceptable, subissant une pression politique (corruption généralisée, brutalité policière, actes terroristes) et morale étouffantes (dans leur sexualité par exemple et dont le pendant est le développement de la prostitution, y compris la prostitution institutionnelle qu’est le mariage forcé), les jeunes sont atteints de plein fouet par l’idéologie du "no-future", de ce pessimisme propre à la bourgeoisie en décomposition, quelle communique à l’ensemble de la société et qui se traduit par une recrudescence importante des suicides. En même temps qu’ils réclamaient du travail et des logements, beaucoup de jeunes criaient "nous sommes déjà morts" dans les manifestations de Tizi-Ouzou.

Les jeunes générations n’ont d’autre choix que l’exil vers un hypothétique Eldorado économique qu’ils situent quelque part en Europe, ou bien rester et se résigner au chômage, aux expédients et à la contrebande pour survivre, pour ceux qui auront la force de résister aux sirènes islamistes. Et pour ceux qui protesteraient, l’Etat leur expliquera à coup de balles explosives en pleine tête, quelle est la voix du salut d’Allah.

Les partis d’opposition, quant à eux, attendent de l’extérieur des solutions miracles. En cela ils confirment, si besoin était, qu’ils ne défendent en rien les intérêts de la classe ouvrière, dont la force est en elle-même, dans son unité. Le sauveur est évidemment Dieu pour le Front Islamique du Salut qui entend lutter contre "l’aliénation de l’Islam" (déclaration du 30 avril). Pour le Front des Forces Socialistes (FFS) de Hocine Aït-Ahmed, c’est de la communauté internationale que viendra la lumière. Il a donc multiplié les appels aux dignes représentants de la paix que sont l’ONU, Georges W. Bush et l’OTAN. Quant au Parti des Travailleurs (PT), adorateur trotskiste du capitalisme d’Etat, il s’oppose au "démantèlement des bases matérielles de la nation" et lance de vibrantes suppliques au président Bouteflika : "le président de la République est le premier responsable devant le nation. Il doit prendre des mesures politiques d’urgence à même d’éviter le pire, ordonner l’arrêt immédiat de la répression, décréter le tamazight langue nationale. Les président doit exercer ses pouvoirs constitutionnels avant qu’il ne soit trop tard."

L’élément le plus positif est sans doute le surgissement de comités de quartiers, expression confuse de la volonté de la population de prendre ses affaires en main. C’est la réunion générale des délégués de ces assemblées, tenue à Iloula le 17 mai, qui est à l’origine des nouvelles manifestations de ces derniers jours (le 20 mai et la "marche noire" du 21 mai). Il ne faut pas se faire d’illusion sur le niveau de conscience immédiat qui pourrait se manifester dans ces assemblées, très marquées par le poids des traditions. En même temps, la possibilité de jonction entre ces assemblées et les ouvriers qui entrent sporadiquement en grève générale (comme le 19 mai dans la région de Béjaïa) serait de toute évidence un élément favorisant la réflexion dans la classe ouvrière, condition nécessaire pour dépasser le stade dune révolte aveugle vouée à la répression armée ou à la récupération par les partis bourgeois.

Bien sûr les chausse-trappes seront nombreuses, mais comment pourrait-il en être autrement, compte tenu des conditions extrêmement défavorables dans lesquelles la classe ouvrière devra mener la lutte en Algérie ? Le poids de l’illusion démocratique, en particulier, sera un obstacle important dans cette prise de conscience. En faisant de la corruption la cause de la misère, les partis démocratiques, en Algérie, comme en France, masquent que c’est la crise du capitalisme, en poussant jusqu’à l’extrême l’économie de pénurie, qui génère bureaucratisme et corruption (on sait que l’économie algérienne repose essentiellement sur la rente pétrolière qui représente 97% de ses exportations et qu’en retour elle importe à plus de 90% des produits alimentaires de subsistance). Les ouvriers en France ont une responsabilité particulière vis-à-vis de leurs frères de classe de l’autre côté de la Méditerranée, en dénonçant la corruption qui règne largement ici aussi ; en faisant preuve de la plus grande solidarité dans les luttes entre tous les ouvriers, qu’ils soient "d’origine" française ou des pays du Maghreb ; en montrant que les enfants des ouvriers algériens dont la bourgeoisie s’était abondamment servie lors de la reconstruction d’après-guerre connaissent ici aussi chômage et exclusion. Si en France la gendarmerie et les forces spéciales n’interviennent pas systématiquement de façon violente, c’est que dans l’immédiat les forces d’encadrement social que sont les syndicats, les associations, les partis, et tout le cirque démocratique se révèlent bien plus efficaces pour maintenir la domination de classe. Mais sur le fond, bourgeoisies française et algérienne sont de même nature et défendent les mêmes intérêts, comme l’épisode de l’organisation de la fuite du général tortionnaire Khaled Nezzar la récemment illustré[1]. A nous, ouvriers, de prendre en main nos grèves, de renforcer notre unité, de regrouper nos forces, pour redonner une perspective politique seule à même de saper le pouvoir de ces Etats criminels bien plus sûrement que ne pourront jamais le faire les émeutes du désespoir.

BTD (23/05/2001)


--------------------------------------------------------------------------------

[1] Lors de sa visite en France le 25 avril dernier, Le Canard Enchaîné du 2 mai 2001 a noté que le ministre français des Affaires Etrangères, Hubert Védrine, a été particulièrement "soft" avec le régime algérien que la France tient à bout de bras : "l’histoire entre la France et l’Algérie ne prédispose pas la France à distribuer des bons et des mauvais points, à dire ce qu’il faut faire, à donner des leçons, à condamner" (déclaration du 29 avril Le Monde 30/04/2001)


Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    islamnoujoum3000 Forum Index -> islamnoujoum3000 -> islamnoujoum3000 All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group